Click here to close now.




















Welcome!

Mobile IoT Authors: Elizabeth White, Liz McMillan, Patrick Hubbard, Kevin Benedict, Sam Ganga

News Feed Item

SES : RESULTATS DU PREMIER TRIMESTRE 2014

SES S.A. (NYSE Paris:SESG) (LuxX:SESG) publie ses résultats au titre du premier trimestre clos le 31 mars 2014.

1. FAITS MARQUANTS : croissance robuste du chiffre d’affaires et de l’EBITDA

         
Croissance au T1 2014

par rapport à la même période de l’exercice précédent

  Telle que publiée   À taux de change constants
Chiffre d’affaires   +5,6 %   +8,0 %
EBITDA   +7,4 %   +9,3 %
  • Le chiffre d’affaires du premier trimestre ressort à 465,6 millions d’euros (2013 : 440,8 millions d’euros)
    • en hausse de 8,0 % par rapport à l’exercice précédent à taux de change constants (« à taux de change constants »)1
  • L’EBITDA du premier trimestre s’inscrit à 345,0 millions d’euros (2013 : 321,2 millions d’euros)
    • en progression de 9,3 % à taux de change constants par rapport à l’exercice précédent
    • marge d’EBITDA de 74,1 % (2013 : 72,9 % telle que publiée)
  • Le résultat net part du groupe au premier trimestre s’établit à 150,2 millions d’euros (2013 : 141,5 millions d’euros)
  • Carnet de commandes de 7,4 milliards d’euros au 31 mars 2014
  • Le ratio d’endettement net sur EBITDA s’élevait à 2,66 fois au 31 mars 2014 (contre 2,79 fois au 31 décembre 2013)

Karim Michel Sabbagh, Président et Directeur général, commente ainsi ces résultats :

« SES a enregistré de bonnes avancées au premier trimestre 2014, grâce aux investissements réalisés dans des régions à fort potentiel de croissance et au déploiement en temps opportun de dispositifs innovants destinés à de nouveaux services, applications et technologies satellitaires. La diffusion de contenus vidéo reste au cœur de nos activités et les progrès s’accélèrent dans d’autres applications. La croissance du chiffre d’affaires sur le trimestre a été principalement portée par les activités internationales, avec notamment l’entière contribution sur la période du satellite SES-6, mais aussi par la vente de capacités à Eutelsat suite au règlement global du litige, intervenu en janvier. SES conserve par ailleurs sa trajectoire positive sur les marchés développés, notamment en Europe.

Au premier trimestre, nous avons procédé à la mise en service des satellites ASTRA 2E et SES-8 ainsi qu’au lancement réussi du satellite ASTRA 5B, qui est actuellement soumis à des tests en orbite. Nous avons également annoncé l’acquisition de SES-10, qui nous permettra d’accroître notre potentiel de développement en Amérique latine. Ce sont là des avancées importantes qui constituent autant de relais de croissance à venir.

1 L’expression « à taux de change constants » fait référence au retraitement opéré pour neutraliser les effets des variations du taux de change et faciliter ainsi la comparaison des chiffres. Les données comparables relatives au chiffre d’affaires et aux charges d’exploitation de 2013 sont également ajustées pour tenir compte de la cession de la société Glocom en novembre 2013.

Les excellents résultats financiers obtenus, conjugués à l’amélioration de nos capacités de financement avec le renouvellement, en janvier, de la facilité de crédit renouvelable et la deuxième émission, en mars, d’obligations en dollars U.S. constituent autant de bases solides pour 2014 et la croissance future de SES ».

2. SYNTHESE DES RESULTATS FINANCIERS : Une croissance tirée par la région Europe et les activités internationales

  • Croissance du chiffre d’affaires de 8,0 % à taux de change constants
  • Augmentation de l’EBITDA de 9,3 % à taux de change constants
  • Résultat opérationnel en hausse de 13,1 % à taux de change constants

Le chiffre d’affaires publié au titre du premier trimestre, soit 465,6 millions d’euros, était en hausse de 24,8 millions d’euros (5,6 %) par rapport à l’exercice précédent. Cette progression de 8,0 % à taux de change constants s’explique par la croissance organique des infrastructures dans la région Europe et les activités internationales ainsi que par les solides performances des activités européennes de services auxquelles est venue s’ajouter la vente de capacités à Eutelsat dans le cadre de l’accord global signé en janvier, ce qui a contribué à la croissance du segment européen de 12,8%. La croissance des activités internationales s’inscrit à 11,8 %, reflétant dans une large mesure la contribution des capacités supplémentaires fournies par le satellite SES-6 au-dessus de l’Amérique latine.

Comme la hausse des charges d’exploitation s’est limitée à 5,2 millions d’euros à taux de change constants, la croissance du chiffre d’affaires a largement rejailli sur l’EBITDA qui, à 345,0 millions d’euros, était en hausse de 29.2 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent, soit une progression de 9,3 % à taux de change constants. La marge d’EBITDA du groupe au titre du trimestre s’inscrit à 74,1 % contre 73,2 % pour l’exercice précédent. La marge dans le segment des infrastructures est restée supérieure à 83 %, à taux de change constants, et elle s’est établie à 13,8 % dans les services (contre 13,4 % en 2013). L’amélioration de la marge du groupe tient essentiellement aux activités de services qui recourent plus largement aux capacités répéteurs de SES, réduisant d’autant la part des coûts de tiers.

Le résultat opérationnel publié au titre du premier trimestre ressort à 219,4 millions d’euros, en hausse de 11,3 % et de 13,1 % à taux de change constants.

Le résultat financier s’élève à 36,7 millions d’euros, en progression de 7,2 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent, sous l’effet principalement de la diminution des gains de change et de l’impact de la baisse des dépenses d’investissement au titre des satellites sur la capitalisation des intérêts. Le taux d’intérêt moyen pondéré du groupe (hors coût d’origination des prêts et commissions d’engagement) est resté légèrement inférieur à 4 %, alors que l’échéance globale de la dette a été rallongée, passant de 6,4 ans à 8,0 ans.

La charge fiscale du groupe s’élève à 27,2 millions d’euros (2013 : 21,3 millions d’euros), soit un taux d’imposition effectif de 14,9 % (2013 : 12,7 %), conforme à la fourchette des prévisions pour l’exercice, comprise entre 13 % et 18 %.

La quote-part du groupe dans les pertes des sociétés mises en équivalence s’élève à 4,9 millions d’euros (2013 : 4,6 millions d’euros), principalement en raison de la participation de SES dans O3b Networks.

Ces postes constituent les principales variations par rapport au premier trimestre 2013, se soldant par un résultat net au premier trimestre 2014 de 150,2 millions d’euros, en progression de 6,1 % par rapport à la même période de 2013 (141,5 millions d’euros).

3. EVOLUTION DE LA FLOTTE ET UTILISATION : développement soutenu, utilisation en hausse

  • mise en service de SES-8
  • mise en service d’ASTRA 2E
  • lancement d’ASTRA 5B le 22 mars, actuellement soumis à des tests en orbite
  • croissance de 5,5 % des capacités-répéteurs disponibles
  • croissance de 1,6 % des capacités-répéteurs utilisées

Les principaux événements concernant la flotte, survenus au cours du trimestre, sont les suivants : la réalisation de tests en orbite et l’entrée en service ultérieure d’ASTRA 2E à la fin du mois de janvier et de SES-8 au début du mois de février.

Les capacités-répéteurs disponibles ont augmenté de 5,5 % par rapport au 31 mars 2013, passant de 1 436 à 1 515, tandis que les capacités utilisées nettes ont grimpé de 1,6 %, de 1 081 à 1 098 répéteurs. Au 31 mars 2014, le taux d’utilisation de la flotte satellitaire s’établissait à 72,5 %.

Utilisation des répéteurs - Europe

La fin de la mission Gazprom à bord d’ASTRA 1F au cours du troisième trimestre 2013 fausse la comparaison en glissement annuel, dans la mesure où cette mission représentait une contribution de 16 répéteurs disponibles et utilisés au premier trimestre 2013. Les capacités satellitaires disponibles ont augmenté de deux répéteurs par rapport au premier trimestre 2013, les nouvelles capacités à la position 28,2/28,5 degrés Est compensant la disparition des 16 répéteurs d’ASTRA 1F. Les capacités utilisées nettes ont augmenté d’un répéteur, l’évolution favorable à la position 19,2 degrés Est / 5 degrés Est ainsi qu’à d’autres positions orbitales européennes compensant la fin de la contribution des 16 répéteurs d’ASTRA 1F. Le taux d’utilisation global dans la région s’établit à 80,4 % au 31 mars 2014. Le chiffre d’affaires moyen par répéteur utilisé est resté stable sur les marchés nationaux desservis.

Utilisation des répéteurs - Amérique du Nord

La capacité satellitaire disponible a diminué de cinq répéteurs par rapport au premier trimestre 2013, en raison de la réduction de la charge utile à bord du satellite AMC-6 consécutive à une panne des circuits des panneaux solaires enregistrée au premier trimestre 2014. Les capacités utilisées ont diminué de 16 répéteurs, car les renouvellements et les nouveaux contrats n’ont pas compensé ceux qui n’ont pas été renouvelés par le gouvernement américain (qui reste soumis à des restrictions budgétaires), entraînant un taux d’utilisation de 71,5 %. Le chiffre d’affaires moyen par répéteur utilisé est resté stable.

Utilisation des répéteurs - International

La capacité satellitaire disponible a augmenté de 82 répéteurs par rapport au premier trimestre 2013, en raison de l’entrée en service de SES-6, ASTRA 2E et SES-8. La capacité satellitaire utilisée a progressé de 32 répéteurs, soit un taux d’utilisation global de 69,5 %. Le chiffre d’affaires moyen par répéteur utilisé est resté stable.

Prochains lancements

SES compte trois programmes satellitaires en cours de développement. Le lancement d’ASTRA 2G est à présent prévu pour le troisième trimestre 2014 suite à la modification du calendrier de lancement.

                 
Satellite   Date   Lanceur   Position orbitale   Marché
ASTRA 2G   T3 2014   Proton   28,2/28,5 degrés Est   Royaume-Uni et Irlande / EMOA
SES-9 S1 2015 Falcon 9 108,2 degrés Est Asie-Pacifique
SES-10   S2 2016   Falcon 9   67 degrés Ouest   Amérique latine

État de santé des satellites

Plusieurs satellites exploités par SES sont sujets à des défaillances des circuits des panneaux solaires. Au cours du premier trimestre 2014, le satellite AMC-6 a connu une défaillance de ce type qui a réduit les capacités disponibles à bord de ce satellite de cinq répéteurs. L’impact commercial lié à cette réduction des capacités a été négligeable, le trafic clientèle concerné ayant été transféré sur d’autres capacités disponibles en Amérique du Nord.

MARCHES REGIONAUX : Nouvel élargissement de la couverture mondiale

Pénétration du marché

Les chiffres relatifs à la pénétration du marché ont continué d’évoluer dans le bon sens. L’étude SES Satellite Monitor, publiée en mars 2014, a confirmé une progression de 5,4 % de la couverture mondiale du système satellitaire de SES en 2013, à 291 millions de foyers TV (2012 : 276 millions de foyers). Tous les marchés sont en croissance ; en Europe, ce chiffre est passé à 151 millions de foyers TV, soit une hausse de 5 % par rapport à 2012. C’est dans les marchés en développement que la progression a été la plus forte : 18 % en Inde et 7 % en Asie-Pacifique.

Europe

Le chiffre d’affaires de la région Europe a augmenté de 12,8 % à taux de change constants à 254,4 millions d’euros, grâce aux nouveaux contrats de capacités signés en 2013 notamment avec Sky Deutschland, à l’évolution favorable des ventes de la plate-forme HD+ en Allemagne, et aux contrats récemment conclus qui ont apporté leur contribution sur le trimestre.

La vente de capacités à Eutelsat, à la position 28,5 degrés Est a eu une contribution importante sur le chiffre d’affaires du premier trimestre 2014. Cette vente de quatre répéteurs à Eutelsat s’inscrit dans le cadre d’un accord global conclu en janvier 2014.

Les principaux événements survenus au cours de la période comprennent la signature d’un contrat avec le diffuseur autrichien ORF, qui a ainsi ajouté un répéteur supplémentaire pour la télédiffusion en haute définition et porté le nombre total de répéteurs sur ASTRA à trois. Un nouveau contrat a été signé avec SIS Live pour l’utilisation des capacités en bande ka à bord d’ASTRA 1L en vue de la retransmission par satellite. NBC a choisi SES pour la fourniture de capacités satellitaires en utilisation occasionnelle dans le cadre de la couverture des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi. TowerCom, l’opérateur slovaque de télécommunications et de chaînes de télévision, a renouvelé son contrat de capacités sur ASTRA 3B à la position 23,5 degrés Est.

La plate-forme HD+ en Allemagne a poursuivi sur sa lancée, totalisant près de 1,5 million de clients payants au 31 mars 2014, soit une progression de 35 % par rapport à l’exercice précédent ; à ceux-là s’ajoutent 1,2 million de foyers supplémentaires qui bénéficient actuellement d’une offre d’essai gratuite.

SES Broadband Services a, par ailleurs, signé des contrats portant sur la fourniture d’une connectivité haut débit à un certain nombre de villages allemands, grâce à la solution « ASTRA Connect for Communities ».

Amérique du Nord

En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires a diminué de 8,5 % à 84,2 millions d’euros, à taux de change constants, par rapport à l’exercice précédent. Cette baisse est imputable au non-renouvellement de contrats par des clients gouvernementaux en raison de restrictions budgétaires au niveau fédéral. CHIRP, la charge utile hébergée de SES compte au nombre de ces programmes pour lesquels il n’existe plus de financement depuis le début de l’année. L’activité est, par ailleurs, restée stable, avec la signature d’un certain nombre de nouveaux contrats couvrant à la fois des activités commerciales et gouvernementales.

MTN Communications a annoncé un accord d’extension des capacités en vue de fournir des connexions de communication fiables aux marchés des croisières, des yachts, des transbordeurs, de la navigation commerciale, des secteurs pétrolier et gazier et gouvernementaux. La société utilise plusieurs répéteurs à bord de deux satellites.

International

Dans les activités internationales, le chiffre d’affaires a augmenté de 11,8 % à 127,0 millions d’euros à taux de change constants par rapport à l’exercice précédent. SES-6 a été un important levier de cette croissance en glissement annuel, notamment grâce aux services de télédiffusion en réception directe au Brésil dont la contribution a été pleine et entière sur la période.

Le dynamisme des marchés ne s’est pas démenti : des renouvellements et de nouveaux contrats ont en effet été signés dans plusieurs pays au cours du trimestre. Orange Business Services a renouvelé et étendu le contrat de capacités utilisées à bord du satellite NSS-12 pour accompagner la demande grandissante de connectivité dans la Fédération russe, en recourant à la fois à des capacités en bande C et en bande Ku.

Le satellite SES-8 a été mis en service au début du mois de février et a commencé à desservir les marchés asiatiques.

Telefonica Global Solutions a signé un accord capacitaire en bande C à bord du satellite NSS-7 afin d’améliorer et étendre la portée des très populaires services voix et données mobiles VIVO de Telefonica dans le nord du Brésil et de répondre ainsi à une demande en expansion.

Alruya, un intégrateur de systèmes et opérateur VSAT de premier plan, basé en Libye, a signé un accord de capacité visant à fournir une connectivité aux gisements pétroliers et gaziers dans le pays. Alruya utilisera la capacité sur le satellite NSS-7 de SES situé à 20 degrés Ouest pour offrir des services de voix sur IP et un accès Internet à haut débit, via son réseau VSAT, aux sites pétroliers et gaziers de ses clients professionnels en Libye.

AUTRES DÉVELOPPEMENTS :

O3b Networks

Conformément à son modèle d’entreprise, O3b Networks’ (« O3b ») fournit une connectivité haut débit entre entreprises dans le monde en développement grâce à une constellation de satellites en bande Ka en orbite moyenne terrestre. O3b a lancé ses quatre premiers satellites en juin 2013 et les tests ultérieurs ont confirmé la mise en service initiale du système. Telecom Cook Islands, premier client actif de la société, fournit désormais une connectivité haut débit et l’accès Internet sur l’ensemble du territoire des Îles Cook. En mars, O3b a dévoilé son offre O3bTrunk+ un service de télécommunications voix-données sur IP de nouvelle génération, qui renforce les capacités de liaison. Norfolk Telecom a également signé un contrat pluriannuel de services de dorsale Internet.

Les satellites 5 à 8 doivent être lancés à la fin du mois de juin 2014. Le financement nécessaire au lancement des satellites 9 à 12 est désormais assuré.

Financement

En janvier 2014, la société a obtenu le renouvellement de sa facilité de crédit renouvelable pour un montant de 1,2 milliard d’euros à des conditions favorables. Le consortium, qui a accordé la facilité de crédit renouvelable multidevises à 5 ans, assorti de deux options de renouvellement d’un an, était composé de vingt banques. La marge d’après la note de crédit actuelle de la société, soit BBB / Baa2, est de 45 pb par an (cette facilité se substitue à la ligne de crédit précédemment syndiquée et engagée dont le taux d’intérêt était majoré d’une marge de 95 pb par an).

En mars 2014, SES a renforcé sa position financière en lançant une deuxième émission obligataire en dollars U.S. en deux tranches : des obligations au taux de 2,5 % à échéance 2019 pour un montant de 500 millions d’USD et des obligations au taux de 5,3 % à échéance 2044 pour un montant de 500 millions d’USD. Cette opération qui augmente la part de la dette libellée en dollars U.S. au bilan contribue à améliorer la couverture naturelle de l’exposition de SES au dollar U.S. Elle rallonge également la maturité de la dette globale, la portant de 6,4 ans à 8,0 ans, sans modifier le coût de financement moyen qui, après la transaction, est d’environ 3,98 %.

Règlement du litige avec Eutelsat

Le 30 janvier 2014, SES et Eutelsat ont annoncé le règlement du litige concernant l’opération par SES des fréquences allemandes à 28,5 degrés Est. Les deux sociétés ont conclu une série d’accords, dont le règlement exhaustif de la procédure judiciaire confirmant le droit de SES d’opérer de la position orbitale de 28,5 degrés Est ainsi que la mise en place, à long terme, d’éléments de nature commerciale et de coordination de fréquences. Les accords ainsi conclus permettent à SES d’exploiter pleinement les infrastructures satellitaires dans lesquelles notre Groupe a investi en utilisant d’une manière optimale les fréquences.

Assemblée générale annuelle

Lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires, qui s’est tenue le 3 avril, toutes les résolutions soumises à l’assemblée ont été approuvées, notamment le dividende de 1,07 EUR par action A, qui a été payé le 24 avril. M. Ramu Potarazu a été nommé en qualité de membre du Conseil d’administration.

Lors de sa première réunion après l'assemblée générale annuelle, le conseil d'administration de SES S.A. a nommé René Steichen au poste de Président du conseil d'administration, François Tesch et Jean-Paul Zens ont quant à eux été nommés Vice-présidents. Après sa nomination, René Steichen a annoncé que, conformément à la clause de limite d'âge figurant dans le règlement interne de la société, il quittera le poste de Président du conseil d'administration de SES à la fin de l'année. Suite à la déclaration de M. Steichen, et sur sa proposition, le Conseil d'administration de SES a désigné Romain Bausch pour lui succéder au poste de Président du Conseil d'administration à compter du 1er janvier 2015.

4. PERSPECTIVES ET PRÉVISIONS : Confirmées

Prévisions financières

SES continue de tabler sur une croissance du chiffre d’affaires et de l’EBITDA s’inscrivant dans une fourchette de 6 %-7 % à taux de change et à périmètre constants en 2014. Cette fourchette de prévisions tient compte du dernier lancement d’ASTRA 2G et de la réduction de puissance à bord d’AMC-6 comme cela a été décrit ci-dessus ; elle repose, par ailleurs, sur l’hypothèse de l’absence de modification ultérieure du calendrier de lancement ou de l’état de santé des satellites. SES est entré dans une période au cours de laquelle les dépenses d’investissement vont sensiblement diminuer par rapport aux niveaux historiques, même si le Groupe poursuit ses investissements dans la croissance. Cette baisse des investissements conjuguée à l’augmentation du chiffre d’affaires et de l’EBITDA va se solder par une croissance robuste de la trésorerie disponible, qui pourra être affectée à d’autres investissements de croissance et continuer à générer un solide rendement pour l’actionnaire.

Les résultats de SES au titre des six premiers mois de l’exercice 2014 seront publiés le vendredi 25 juillet.

Compte de résultat consolidé résumé

En millions d’euros   T1 2014   T1 2013
Taux de change moyen du dollar US 1,3706 1,3291
 
Chiffre d’affaires 465,6 440,8
 
Charges d’exploitation (120,6 )   (119,6 )
EBITDA 345,0 321,2
 
Dotations aux amortissements (125,6 )   (124,0 )
Résultat opérationnel 219,4 197,2
 
Charges financières nettes (36,7 )   (29,5 )
Résultat avant impôt 182,7 167,7
 
Charge fiscale (27,2 )   (21,3 )
Résultat après impôt 155,5 146,4
 
Quote-part du résultat des sociétés mises en équivalence (4,9 ) (4,6 )
Intérêts minoritaires (0,4 ) (0,3 )
     
Résultat net part du Groupe 150,2     141,5  

Utilisation des répéteurs par couverture régionale

Équivalent à 36 MHz  

T1 2013

 

T2 2013

 

T3 2013

 

T4 2013

 

T1 2014

 
Utilisés en Europe 278 283 269 278 279
Disponibles en Europe 345 345 329 347 347
Taux d’utilisation en Europe (%) 80,6 % 82,0 % 81,8 % 80,1 % 80,4 %
 
Utilisés en Amérique du Nord 287 284 282 279 271
Disponibles en Amérique du Nord 384 384 384 384 379
Taux d’utilisation en Amérique du Nord (%) 74,7 % 74,0 % 73,4 % 72,7 % 71,5 %
 
Utilisés à l’international 516 517 537 543 548
Disponibles à l’international 707 707 756 756 789
International (%) 73,0 % 73,1 % 71,0 % 71,8 % 69,5 %
 
Groupe : utilisés 1,081 1,084 1,088 1,100 1,098
Groupe : disponibles 1,436 1,436 1,469 1,487 1,515
Groupe : taux d’utilisation en % 75,3 % 75,5 % 74,1 % 74,0 % 72,5 %

Chiffre d’affaires par couverture régionale

En publié

(en millions d’euros)

  T1 2014   T1 2013   Variation (%)
 
Europe 254,4 226,1 +12,5 %
Amérique du Nord 84,2 95,0 -11,4 %
International 127,0   119,7   +6,1 %
Groupe 465,6   440,8   +5,6 %
À taux de change constants 1

(en millions d’euros)

  T1 2014   T1 2013   Variation (%)
 
Europe 254,4 225,6 +12,8 %
Amérique du Nord 84,2 92,0 -8,5 %
International 127,0   113,6   +11,8 %
Groupe 465,6   431,2   +8,0 %

1 L’expression « à taux de variation constants » fait référence au retraitement opéré pour neutraliser les effets des variations du taux de change et faciliter ainsi la comparaison des chiffres. Les données comparables relatives au chiffre d’affaires et aux charges d’exploitation de 2013 sont également ajustées pour tenir compte de la cession de la société Glocom en novembre 2013.

Évolution trimestrielle du résultat opérationnel (en publié)

En millions d’euros  

T1 2013

 

T2 2013

 

T3 2013

 

T4 2013

 

T1 2014

Taux de change moyen du dollar US 1,3291 1,2961 1,3197 1,3585 1,3706
 
Chiffre d’affaires 440,8 469,7 467,7 484,3 465,6
Charges d’exploitation (119,6)   (128,9)   (120,4)   (128,9)   (120,6)
EBITDA 321,2 340,8 347,3 355,4 345,0
 
Dotations aux amortissements sur actifs corporels (116,1) (120,1) (120,2) (110,1) (114,7)
Dotations aux amortissements sur actifs incorporels (7,9)   (9,3)   (8,8)   (21,0)   (10,9)
Résultat opérationnel 197,2   211,4   218,3   224,3   219,4

Évolution trimestrielle du résultat opérationnel (à taux de change constants2)

En millions d’euros   T1 2013   T2 2013   T3 2013   T4 2013   T1 2014
 
Chiffre d’affaires 431,2 453,2 455,9 481,8 465,6
Charges d’exploitation (115,4)   (120,0)   (113,1)   (127,3)   (120,6)
EBITDA 315,8 333,2 342,8 354,5 345,0
 
Dotations aux amortissements sur actifs corporels (113,8) (117,2) (118,1) (105,9) (114,7)
Dotations aux amortissements sur actifs incorporels (8,0)   (9,2)   (8,8)   (21,0)   (10,9)
Résultat opérationnel 194,0   206,8   215,9   227,6   219,4

Analyse par segment d’activité

En millions d’euros   Infrastructure   Services   Élimination/Autres opérations1   Total
T1 2014
Chiffre d’affaires 405,4 106,1 (45,9) 465,6
EBITDA 337,1 14,6 (6,7) 345,0
Marge d’EBITDA 83,2 % 13,8 % -- 74,1 %
 
T1 2013 à taux de change constants
Chiffre d’affaires 372,4 95,8 (37,0) 431,2
EBITDA 311,6 12,8 (8,6) 315,8
Marge d’EBITDA 83,7 % 13,4 % -- 73,2 %

1 L’élimination du revenu fait référence à la capacité de contre-charge et d’autres services et l’impact sur l’EBITDA, à des dépenses d’entreprise non allouées

Pour toute information complémentaire, veuillez consulter notre site à l’adresse suivante : www.ses.com

Seule la version anglaise de ce communiqué fait foi

     
CONFÉRENCES TÉLÉPHONIQUES
 

Une conférence téléphonique sera organisée à l’intention des investisseurs et analystes à 14h00 (CEST) aujourd’hui, 9 mai 2014. Les personnes souhaitant y participer sont invitées à composer, cinq minutes avant, les numéros suivants :

 
Belgique   +32 (0)2 400 1973
France +33 (0)1 76 77 22 37
Allemagne +49 (0)69 2222 10638
Luxembourg +352 20 88 01 68
Royaume-Uni +44 (0)20 3427 1923
États-Unis +1 646 254 3376
 
Code de confirmation : 8751605
 

La présentation, dont il sera fait mention pendant la conférence téléphonique, pourra être téléchargée à la section Relations Investisseurs de notre site Web : www.ses.com

 

Une diffusion en différé sera disponible pendant une semaine sur notre site Web : www.ses.com

Disclaimer / “Safe Harbor” Statement

This presentation does not, in any jurisdiction, and in particular not in the U.S., constitute or form part of, and should not be construed as, any offer for sale of, or solicitation of any offer to buy, or any investment advice in connection with, any securities of SES nor should it or any part of it form the basis of, or be relied on in connection with, any contract or commitment whatsoever.

No representation or warranty, express or implied, is or will be made by SES, its directors, officers or advisors or any other person as to the accuracy, completeness or fairness of the information or opinions contained in this presentation, and any reliance you place on them will be at your sole risk. Without prejudice to the foregoing, none of SES or its directors, officers or advisors accept any liability whatsoever for any loss however arising, directly or indirectly, from use of this presentation or its contents or otherwise arising in connection therewith.

This presentation includes “forward-looking statements”. All statements other than statements of historical fact included in this presentation, including, without limitation, those regarding SES’s financial position, business strategy, plans and objectives of management for future operations (including development plans and objectives relating to SES products and services) are forward-looking statements. Such forward-looking statements involve known and unknown risks, uncertainties and other important factors that could cause the actual results, performance or achievements of SES to be materially different from future results, performance or achievements expressed or implied by such forward-looking statements. Such forward-looking statements are based on numerous assumptions regarding SES and its subsidiaries and affiliates, present and future business strategies and the environment in which SES will operate in the future and such assumptions may or may not prove to be correct. These forward-looking statements speak only as at the date of this presentation. Forward-looking statements contained in this presentation regarding past trends or activities should not be taken as a representation that such trends or activities will continue in the future. SES and its directors, officers and advisors do not undertake any obligation to update or revise any forward-looking statements, whether as a result of new information, future events or otherwise.

More Stories By Business Wire

Copyright © 2009 Business Wire. All rights reserved. Republication or redistribution of Business Wire content is expressly prohibited without the prior written consent of Business Wire. Business Wire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

@ThingsExpo Stories
While many app developers are comfortable building apps for the smartphone, there is a whole new world out there. In his session at @ThingsExpo, Narayan Sainaney, Co-founder and CTO of Mojio, will discuss how the business case for connected car apps is growing and, with open platform companies having already done the heavy lifting, there really is no barrier to entry.
As more intelligent IoT applications shift into gear, they’re merging into the ever-increasing traffic flow of the Internet. It won’t be long before we experience bottlenecks, as IoT traffic peaks during rush hours. Organizations that are unprepared will find themselves by the side of the road unable to cross back into the fast lane. As billions of new devices begin to communicate and exchange data – will your infrastructure be scalable enough to handle this new interconnected world?
SYS-CON Events announced today that Micron Technology, Inc., a global leader in advanced semiconductor systems, will exhibit at the 17th International Cloud Expo®, which will take place on November 3–5, 2015, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. Micron’s broad portfolio of high-performance memory technologies – including DRAM, NAND and NOR Flash – is the basis for solid state drives, modules, multichip packages and other system solutions. Backed by more than 35 years of technology leadership, Micron's memory solutions enable the world's most innovative computing, consumer,...
SYS-CON Events announced today that Pythian, a global IT services company specializing in helping companies leverage disruptive technologies to optimize revenue-generating systems, has been named “Bronze Sponsor” of SYS-CON's 17th Cloud Expo, which will take place on November 3–5, 2015, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. Founded in 1997, Pythian is a global IT services company that helps companies compete by adopting disruptive technologies such as cloud, Big Data, advanced analytics, and DevOps to advance innovation and increase agility. Specializing in designing, imple...
SYS-CON Events announced today that HPM Networks will exhibit at the 17th International Cloud Expo®, which will take place on November 3–5, 2015, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. For 20 years, HPM Networks has been integrating technology solutions that solve complex business challenges. HPM Networks has designed solutions for both SMB and enterprise customers throughout the San Francisco Bay Area.
Consumer IoT applications provide data about the user that just doesn’t exist in traditional PC or mobile web applications. This rich data, or “context,” enables the highly personalized consumer experiences that characterize many consumer IoT apps. This same data is also providing brands with unprecedented insight into how their connected products are being used, while, at the same time, powering highly targeted engagement and marketing opportunities. In his session at @ThingsExpo, Nathan Treloar, President and COO of Bebaio, will explore examples of brands transforming their businesses by t...
Through WebRTC, audio and video communications are being embedded more easily than ever into applications, helping carriers, enterprises and independent software vendors deliver greater functionality to their end users. With today’s business world increasingly focused on outcomes, users’ growing calls for ease of use, and businesses craving smarter, tighter integration, what’s the next step in delivering a richer, more immersive experience? That richer, more fully integrated experience comes about through a Communications Platform as a Service which allows for messaging, screen sharing, video...
With the proliferation of connected devices underpinning new Internet of Things systems, Brandon Schulz, Director of Luxoft IoT – Retail, will be looking at the transformation of the retail customer experience in brick and mortar stores in his session at @ThingsExpo. Questions he will address include: Will beacons drop to the wayside like QR codes, or be a proximity-based profit driver? How will the customer experience change in stores of all types when everything can be instrumented and analyzed? As an area of investment, how might a retail company move towards an innovation methodolo...
The Internet of Things (IoT) is about the digitization of physical assets including sensors, devices, machines, gateways, and the network. It creates possibilities for significant value creation and new revenue generating business models via data democratization and ubiquitous analytics across IoT networks. The explosion of data in all forms in IoT requires a more robust and broader lens in order to enable smarter timely actions and better outcomes. Business operations become the key driver of IoT applications and projects. Business operations, IT, and data scientists need advanced analytics t...
A producer of the first smartphones and tablets, presenter Lee M. Williams will talk about how he is now applying his experience in mobile technology to the design and development of the next generation of Environmental and Sustainability Services at ETwater. In his session at @ThingsExpo, Lee Williams, COO of ETwater, will talk about how he is now applying his experience in mobile technology to the design and development of the next generation of Environmental and Sustainability Services at ETwater.
WebRTC has had a real tough three or four years, and so have those working with it. Only a few short years ago, the development world were excited about WebRTC and proclaiming how awesome it was. You might have played with the technology a couple of years ago, only to find the extra infrastructure requirements were painful to implement and poorly documented. This probably left a bitter taste in your mouth, especially when things went wrong.
SYS-CON Events announced today that IceWarp will exhibit at the 17th International Cloud Expo®, which will take place on November 3–5, 2015, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. IceWarp, the leader of cloud and on-premise messaging, delivers secured email, chat, documents, conferencing and collaboration to today's mobile workforce, all in one unified interface
As more and more data is generated from a variety of connected devices, the need to get insights from this data and predict future behavior and trends is increasingly essential for businesses. Real-time stream processing is needed in a variety of different industries such as Manufacturing, Oil and Gas, Automobile, Finance, Online Retail, Smart Grids, and Healthcare. Azure Stream Analytics is a fully managed distributed stream computation service that provides low latency, scalable processing of streaming data in the cloud with an enterprise grade SLA. It features built-in integration with Azur...
Too often with compelling new technologies market participants become overly enamored with that attractiveness of the technology and neglect underlying business drivers. This tendency, what some call the “newest shiny object syndrome,” is understandable given that virtually all of us are heavily engaged in technology. But it is also mistaken. Without concrete business cases driving its deployment, IoT, like many other technologies before it, will fade into obscurity.
Akana has announced the availability of the new Akana Healthcare Solution. The API-driven solution helps healthcare organizations accelerate their transition to being secure, digitally interoperable businesses. It leverages the Health Level Seven International Fast Healthcare Interoperability Resources (HL7 FHIR) standard to enable broader business use of medical data. Akana developed the Healthcare Solution in response to healthcare businesses that want to increase electronic, multi-device access to health records while reducing operating costs and complying with government regulations.
For IoT to grow as quickly as analyst firms’ project, a lot is going to fall on developers to quickly bring applications to market. But the lack of a standard development platform threatens to slow growth and make application development more time consuming and costly, much like we’ve seen in the mobile space. In his session at @ThingsExpo, Mike Weiner, Product Manager of the Omega DevCloud with KORE Telematics Inc., discussed the evolving requirements for developers as IoT matures and conducted a live demonstration of how quickly application development can happen when the need to comply wit...
The Internet of Everything (IoE) brings together people, process, data and things to make networked connections more relevant and valuable than ever before – transforming information into knowledge and knowledge into wisdom. IoE creates new capabilities, richer experiences, and unprecedented opportunities to improve business and government operations, decision making and mission support capabilities.
Explosive growth in connected devices. Enormous amounts of data for collection and analysis. Critical use of data for split-second decision making and actionable information. All three are factors in making the Internet of Things a reality. Yet, any one factor would have an IT organization pondering its infrastructure strategy. How should your organization enhance its IT framework to enable an Internet of Things implementation? In his session at @ThingsExpo, James Kirkland, Red Hat's Chief Architect for the Internet of Things and Intelligent Systems, described how to revolutionize your archit...
MuleSoft has announced the findings of its 2015 Connectivity Benchmark Report on the adoption and business impact of APIs. The findings suggest traditional businesses are quickly evolving into "composable enterprises" built out of hundreds of connected software services, applications and devices. Most are embracing the Internet of Things (IoT) and microservices technologies like Docker. A majority are integrating wearables, like smart watches, and more than half plan to generate revenue with APIs within the next year.
Growth hacking is common for startups to make unheard-of progress in building their business. Career Hacks can help Geek Girls and those who support them (yes, that's you too, Dad!) to excel in this typically male-dominated world. Get ready to learn the facts: Is there a bias against women in the tech / developer communities? Why are women 50% of the workforce, but hold only 24% of the STEM or IT positions? Some beginnings of what to do about it! In her Opening Keynote at 16th Cloud Expo, Sandy Carter, IBM General Manager Cloud Ecosystem and Developers, and a Social Business Evangelist, d...